Série “Portraits de Femmes Expatriées”

Virginie, partie par amour, et désormais expatriée depuis 28 ans à Cagliari en Sardaigne

1-Je te laisse te présenter en quelques mots…

Je m’appelle Virginie Comas-Leone, célibataire, sans enfant, 53 ans, titulaire d’une maîtrise en Langue et Littérature italiennes et j’enseigne la langue française à la Faculté des Studi Umanistici de Cagliari depuis 28 ans.

 

2-Qu’est ce qui t’a amené à partir en expatriation, raconte-nous ton parcours?

À mon humble avis on s’expatrie par intérêt (si votre pays d’origine vous propose d’occuper temporairement un poste intéressant à l’étranger), ou par fuite (sur des bateaux de fortune pour les plus désespérés), ou animée d’une bonne dose d’inconscience mais avec un minimum de bagage (c’était mon cas). J’ai donc fuit le XVIème arrondissement parisien où j’avais ma propre studette, mes études à la Sorbonne (j’ai écris ma maîtrise à Cagliari), pour partir dans les bras d’un sarde de mon âge, presque sans revenu et dont j’étais amoureuse pour me retrouver à Cagliari sans maison ni travail. Mais ma bonne étoile m’a suivie puisque j’ai trouvé un poste de Lectrice de langue maternelle à la faculté, ce qui m’a procuré un micro salaire. Depuis, je me suis aussi très sérieusement mise à la traduction – ma passion -, et mon rêve serait de collaborer avec un éditeur français.

 

3-Pourquoi ce pays ?

Parce que mon grand-père est né en Sardaigne, que j’y venais en vacances et que je suis tombée amoureuse d’Enrico.

 

4-Qu’as-tu appris sur toi grâce à cette expérience ?

Ma faculté d’adaptation, mon goût de l’indépendance et… mon manque de patience!

 

5-As-tu rencontré des difficultés ? Quelles sont-elles ? Comment les as-tu dépassées ?

Sur le plan personnel l’abandon de mes parents qui ont tourné le dos (et les robinets = argent) à une fille (unique) partie “au tiers monde”. Je me suis jetée dans le travail mais j’en souffre encore. Dans un sens plus large, celle de comprendre les Italiens et leurs façons de faire qui sont si différentes des nôtres; je les ai dépassées pour le goût de la tolérance et grâce à la faculté d’adaptation citée plus haut.

 

6-As-tu vécu des moments de découragement,  qu’est ce qui t’aide ou t’as aidé à rebondir ?

Oui, bien sûr! D’abord les deux compagnons de vie que j’ai eus, des amitiés sincères, mon caractère de fonceuse aussi et mon sens de la dignité.

 

7-Peux-tu nous partager par quelles émotions es-tu passée ?

Avant de partir, j’étais… victime d’une famille oppressive, insatisfaite et dans l’attente de quelque chose de meilleur…

Une fois sur place, j’étais…désespérée à l’idée du confort que j’avais abandonné…

Aujourd’hui, face à cette expérience de l’expatriation, je suis…beaucoup plus forte et déterminée, capable de beaucoup de choses, mais malheureusement très seule.

 

8- Et ton parcours professionnel dans tout ça comment l’as-tu géré ? Partage nous.

J’ai eu la chance énorme de trouver tout de suite du travail, qui plus est très plaisant car j’adore le contact de mes jeunes étudiants. J’ai aussi profité des occasions qui se sont présentées à moi pour les traductions et l’interprétariat (je suis inscrite à la chambre de Commerce, au Tribunal et à l’Ambassade de France à Rome sur les listes des traducteurs-interprètes) . Il faut dire que Cagliari est une petite ville et les bruits courent rapidement; je me suis vite fait une “réputation”. Mon sérieux, ma ponctualité et mon honnêteté “étonnent”.

 

9-La tagline du Congrès de l’Expatriation au Féminin est « Agir pour s’épanouir», qu’est ce que ça t’évoque ? Comment y arriver ?

Je crois “viscéralement” qu’il faut écouter son ventre et pas sa tête, j’entends par là ses rêves et pas la raison. Si on se trompe, c’est toujours une expérience et on ne peut accuser personne de nous avoir entravés; il est beaucoup plus facile de s’en prendre à soi-même que d’alimenter des rancœurs. Et cette expérience, qu’elle soit positive ou négative, est une source d’épanouissement, j’entends par là comme “une fleur qui s’ouvre”, qui s’ouvre au monde et à la vie.

 

 10-Et si on voyageait ensemble…

Qu’est ce qui t’a marqué en arrivant dans ton pays d’accueil ?

Indiscutablement ma différence avec les Italiens que je croyais nos “cousins”…

Qu’est ce que tu apprécies vraiment ?

L’éloignement de ma famille et la satisfaction de m’être débrouillée. Comme disent les Italiens, “tout finit par s’arranger!”

Qu’est ce que tu aimes moins ?

Fondamentalement les défauts des Italiens (qui ne sont pas tous le fruit de stéréotypes), le fait que l’on ne peut compter ni sur la loi, ni sur l’administration, ni sur le service sanitaire… mais sur les gens!

 

 11-Une anecdote à nous partager ?

J’en ai beaucoup! une amusante : je m’arrête en double file sous le nez d’un policier pour acheter un journal, je lui dis que je ne reste là que pour une minute et lui me répond “de ne pas m’inquiéter et je prendre mon temps car il aurait gardé ma voiture”…

Ou encore ce matin où j’arrive au Rectorat (j’étais de commission pour un concours), à l’heure bien entendu, mais sous les yeux très surpris du gardien qui me demande “ce que je fais là car tus les autres sont encore au bar”. C’est ça l’Italie, on peut y travailler très sérieusement tout en prenant le temps de vivre…

 

 12-Que dirais-tu à celles qui hésitent à se lancer dans cette aventure qu’est l’expatriation ?

Si elles “hésitent”, l’expatriation n’est pas faite pour elle. Il faut avoir le courage de seconder ses penchants (écouter son ventre), ce qui ne va peut-être pas sans une bonne dose d’inconscience. Il faut aussi croire en soi et nourrir de l’espoir… Je précise que je suis partie très jeune, je ne sais pas si je le referai maintenant… C’est une question que je me pose souvent; disons que je partirai moins “à l’aventure” que je ne l’aie fait… Avec plus de certitudes sur mon nouveau port d’attache…

Réserve ta place et participe aux 11 conférences proposées par des expertes exceptionnelles !

Inscris-toi dès maintenant au Congrès International de l'Expatriation au Féminin

et participe aux 11 conférence en ligne

(possibilité de recevoir le replay)

Bravo pour ton inscription ! Rdv dans ta boite mail ;)