Série “Portraits de Femmes Expatriées”

Thérèse expatriée à Dubai, après Singapour, maîtresse de français

1-Je te laisse te présenter en quelques mots…

Mon nom est Thérèse , je suis suissesse née au Cameroun j’ai grandi dans 3 différents pays ( le Cameroun, la France, la Suisse) je suis diplômée d’une école de commerce. J’ai vécu à Singapour 6 ans et à Dubaï 2 ans. De retour en Suisse depuis 2 semaines.

 

2-Qu’est ce qui t’a amené à partir en expatriation, raconte-nous ton parcours?

Dans ma vie j’ai toujours voyagé, d’abord avec mes parents, seule ensuite avec mon mari. Une opportunité s’est présentée au sein d’une banque à Singapour, nous nous sommes lancés sans hésiter c’était aussi une occasion pour nous de sortir des sentiers battus. J’ai démissionné. Pour le suivre. J’étais toute excitée de découvrir cette partie du monde que je ne connaissais pas.

 

3-Pourquoi ce pays ?

Ce n’est pas la première expatriation de mon mari. A l’époque, il avait le choix d’être muté à Singapour, il a préféré les Bahamas. Ensuite, il a été muté à Hong Kong. Le choix d’aller vivre à la Cité-État  était mûrement réfléchi. Mais pas sûr d’être gagné. Il n’avait pas saisi l’opportunité qui s’était présenté à lui quelques années auparavant mais allait régulièrement pour son boulot. Singapour était la destination idéale,  de part sa position avantageuse pour découvrir l’Asie et L’Australie. La propreté et l’ordre de la ville  me rappelait souvent la Suisse. Rires!!!

 

4-Qu’as-tu appris sur toi grâce à cette expérience ?

Cette expérience m’a fait mûrir et grandir en tant que femme que je suis aujourd’hui. J’ai dû me débrouiller et prendre mes décisions seule sans être influencée par la famille ou les amis.

 

5-As-tu rencontré des difficultés ? Quelles sont-elles ? Comment les as-tu dépassées ?

Au départ j’ai eu des difficultés à me faire des amis locaux, heureusement que mon mari avait déjà un cercle d’amis sur place, certains étaient mariés aux  locales. Grâce à elles j’ai pu apprendre quelques us et coutumes du pays. J’ai dû aussi sortir de ma zone de confort afin de pouvoir m’adapter et de comprendre l’autre.

 

6-As-tu vécu des moments de découragement,  qu’est ce qui t’aide ou t’as aidé à rebondir ?

J’ai vécu des moments de découragement face à la difficulté de trouver un emploi dans mon domaine.  Il était crucial pour moi de ne surtout pas m’isoler ou de tomber dans la déprime. J’ai pris les devants, j’ai intégré un ” Morning café” qui était animé par une coach professionnelle, elle m’a aidé et guider dans mes recherches d’emplois.

 

7-Peux-tu nous partager par quelles émotions es-tu passée ?

Avant le départ, j’étais excitée. Je me suis renseignée sur le pays il m’était même arrivée de regarder les documentaires sur Singapour.

Sur place, Il m’a fallu 6 mois pour m’adapter. J’ai pris rapidement mes marques. Pendant mes heures libres, j’allais découvrir la ville en empruntant les transports en communs. J’ai suivi les cours d’anglais pour me perfectionner et le mandarin.

Aujourd’hui face à cette expérience, j’apprécie

 

8- Et ton parcours professionnel dans tout ça comment l’as-tu géré ? Partage nous.

J’ai un diplôme de commerce et ai travaillé en Suisse en tant qu’employée de commerce ensuite j’ai voulu changer d’orientation. Je me suis dirigée  vers la petite enfance. J’ai travaillé à Singapour et Dubaï en tant qu’assistante maternelle ensuite comme maîtresse de français dans une crèche bilingue à Dubaï

 

9-La tagline du Congrès de l’Expatriation au Féminin est « Agir pour s’épanouir», qu’est ce que ça t’évoque ? Comment y arriver ?

Toujours viser ses objectifs même s’il y a des obstacles sur notre chemin. Ne jamais baisser les bras. Être positif.

 

 10-Et si on voyageait ensemble…

Qu’est ce qui t’a marqué en arrivant dans ton pays d’accueil ?

À Singapour La nature en pleine ville, l’humidité

A Dubaï, l’architecture spectaculaire  et la chaleur

Qu’est ce que tu apprécies vraiment ?

A Singapour, sans hésiter,  la gastronomie et la gentillesse des locaux à vouloir toujours aider autrui en cas de problèmes, la sécurité.

Le safari au désert à Dubaï

Qu’est ce que tu aimes moins ?

Les  interminables “Q” queues de Singapour. Les chauffeurs de taxis qui te pausent des tas de questions sur ta vie privée.

 

 11-Une anecdote à nous partager ?

Une famille chinoise venue  tout droit du Mainland sonne à la porte tout en prétextant que j’étais leur cousine . La surprise était de taille quand J’ai ouvert la porte 🙂

 

 12-Que dirais-tu à celles qui hésitent à se lancer dans cette aventure qu’est l’expatriation ?

Il ne faut pas sous-estimer le départ à l’étranger. Il est préférable de partir à l’étranger avec un contrat en poche. Quant à ceux qui vont à la recherche d’un emploi sur place,  ça peut prendre du temps avant de décrocher un emploi. Bien préparer et planifier son budget. Il peut y avoir des imprévus. Créer sa place dans son nouveau pays d’accueil pour éviter l’isolement. Faire  aussi attention aux vendeurs de rêves. Surtout, l’intégration est la clé pour une expatriation sereine.

Ce portrait t’a plu ? Tu as toi aussi envie de participer à la série “Portrait de femme en expatriation” ? Envoie moi un mai à anne@expatriationaufeminin.com et raconte moi ton histoire en quelques lignes. Je te recontacterai ensuite. 🙂

Réserve ta place et participe aux 11 conférences proposées par des expertes exceptionnelles !

Inscris-toi dès maintenant au Congrès International de l'Expatriation au Féminin

et participe aux 11 conférence en ligne

(possibilité de recevoir le replay)

Bravo pour ton inscription ! Rdv dans ta boite mail ;)