Série “Portraits de Femmes Expatriées”

Stéphanie, expatriée en Roumanie après le Congo et l’Ecosse, et entrepreneure nomade

1-Je te laisse te présenter en quelques mots…

Je m’appelle Stéphanie, j’ai 27 ans, Suissesse et créatrice de « Cuisine Horizon ». La cuisine est ma passion et mon métier. Il y a maintenant 5 ans que j’ai quitté ma petite vie « tranquille », pour découvrir le monde. Premièrement, je suis partie seule à la découverte des terres mystérieuses écossaises pendant 3 ans. C’est à deux, que nous nous envolons ensuite pour la République du Congo. Après cette petite escapade de 8 mois, nous atterrissons finalement à Bucarest, Roumanie en avril 2017.

 

2-Qu’est ce qui t’a amené à partir en expatriation, raconte-nous ton parcours?

Ma première envie était de partir à la découverte du monde, vivre une grande aventure, de montrer de quoi j’étais capable sans être la fille de…, la sœur de…, la petite amie de…, etc., j’avais juste envie d’être moi et que les personnes me connaissent pour qui je suis.

Mon plan initial était de partir à l’aventure pendant un an plus ou moins, d’y apprendre l’anglais et d’y travailler, puis de retourner en Suisse. Finalement le temps est passé à vive allure, et je suis restée dans ce charmant pays pluvieux pendant 3 ans, j’ai rencontré l’amour et c’est bien connu l’amour donne des ailes, donc nous nous sommes envoles ensemble vers d’autres horizons.

L’Ecosse a été une aventure riche en rencontres, en surprises et en émotions.

En Afrique, des rencontres et une approche différente de mon expatriation précédente.

Notre arrivée en Roumanie était pour moi un nouveau souffle. Je voulais faire de cette expatriation un atout autant pour ma vie personnel que professionnelle.

 

3-Pourquoi ce pays ?

Pourquoi l’Ecosse ? Beaucoup de monde me pose cette question. Je n’ai pas de réponse toute faite à ça. J’ai choisi l’Ecosse pour ces légendes, ces terres mystérieuse, parce que je suis une grande rêveuse, peut-être un peu naïve, mais j’avais vraiment envie de découvrir ce pays et de vivre cette expérience à 200%.

Les deux destinations suivantes n’ont pas vraiment été un choix, c’est grâce au travail de mon compagnon que nous sommes partis, je pense même que je n’aurais jamais choisi ces pays de mon plein gré. Mais finalement nous avons été agréablement surpris et quel bonheur d’avoir découvert ces pays magnifiques.

 

4-Qu’as-tu appris sur toi grâce à cette expérience ?

Être partie seule a été une grande aventure, j’ai appris à me débrouiller, à compter sur mes capacités pour m’en sortir et surtout, j’ai pris confiance en moi, j’ai pris conscience que j’étais capable de vivre la vie que je voulais. J’étais pour la première fois, seule aux commandes de ma vie.

Mais chaque nouvelle expatriation est un challenge différent, notre expérience en Afrique à chamboulé ma vie et mes repères.

Ici, à Bucarest, j’ai appris à plus m’écouter, à prendre en compte ce que je voulais vraiment et à ne plus (ou moins) penser aux qu’en dira-t-on.

 

5-As-tu rencontré des difficultés ? Quelles sont-elles ? Comment les as-tu dépassées ?

Dire de ne pas avoir rencontré de difficulté serait mentir.

La première grande difficulté a été la langue, aussi bien en Ecosse qu’en Roumanie

Dans les deux cas, j’ai suivi des cours de langues pour me familiariser avec la langue locale.

La deuxième grande difficulté, je pense est la solitude, je l’ai vécu dans mes trois expatriations à des degrés différent.

Pour ceci, je me suis poussé à sortir, même si parfois l’envie n’y était pas. J’ai toujours commencé par me chercher une activité, en générale bénévolement et par la suite rémunérée (parfois des cacahuètes, mais payée quand même)

 

6-As-tu vécu des moments de découragement,  qu’est ce qui t’aide ou t’as aidé à rebondir ?

Oui bien sûr, il y a en a eu des plus dur que d’autres. Je pense que mon plus gros moment de découragement a été à mon arrivée en Roumanie. J’avais quitté ma vie et mon travail en Ecosse pour suivre mon amoureux au Congo, après seulement 8 mois sur place nous avons déménagé. J’étais dégoûté, parce que tout ce que j’avais mis en place pour moi, pour m’épanouir dans ma nouvelle vie en Afrique a été balayé en un coup de vent. Donc je regrettais presque ma vie d’avant, celle où j’étais indépendante.

Il me fallait retrouver un but à ma vie, à mon expatriation. Je cherchais quoi faire, qui puisse me rapporter ma « liberté ». J’ai décidé de créer mon travail à mon image. Il m’a fallu du temps, je me suis fait accompagner sur ce chemin-là, mais aujourd’hui je suis heureuse de dire que je suis la créatrice de « Cuisine Horizon ». A travers mon projet, j’ai adapté ma profession de cuisinière, pour venir en aide aux personnes expatriées, qui comme moi, on perdu goût en leur quotidien et en leur expatriation, et qui désirent « croquer la vie à pleines dents ». Je suis intimement convaincue que la cuisine révèle beaucoup de choses sur nous et aide à nous épanouir.

 7-Peux-tu nous partager par quelles émotions es-tu passée ?

Avant chaque départ, j’étais… curieuse et excitée de cette nouvelle aventure qui s’offrait à moi, mais en même temps, j’avais une grosse boule au ventre, la peur de l’inconnu.

Une fois sur place, j’étais… Je pense qu’à chaque fois, j’ai déchanté assez vite, parce que rien n’était tel que je l’avais imaginé.

En Ecosse, le temps froid et pluvieux tape vite sur le moral, mais petit à petit, on s’y habitue (ou pas).

En Afrique, j’ai dû apprendre à cohabiter avec différentes sortes d’insectes, de cafards, qui s’infiltre un peu partout.

En Roumanie, l’atmosphère m’a paru froide (dû à son histoire communiste), je me retrouvais dans un mélange de ce que je connaissais de l’Europe de l’Ouest et de mon séjour en Afrique, c’était assez déstabilisant au départ.

Aujourd’hui, face à cette expérience de l’expatriation, je suis… Grandie. Toutes ces expériences ont été d’une richesse énorme, et je ne regrette aucune d’entre elles.

 

8- Et ton parcours professionnel dans tout ça comment l’as-tu géré ? Partage nous.

Mon parcours professionnel a fait les montagnes russes.

En Ecosse, après 3 mois de cours d’anglais intensifs, j’ai commencé par un petit boulot dans un petit boui-boui, où je faisais des sandwiches et des salades, qui heureusement n’a duré que quelques mois. Par la suite, j’ai travaillé dans un restaurant de taille moyenne, pour un poste de chef de partie pendant un an. Pour continuer, j’ai travaillé dans un restaurant, qui comptait dans sa brigade une vingtaine de cuisiniers, le travail était passionnant, mais dur et épuisant.

Au Congo, j’étais bénévole dans un orphelinat. Petit à petit, j’ai également commencé à donner des ateliers de cuisine pour les femmes et les enfants expatriés.

Arrivé en Roumanie, j’ai commencé comme bénévole dans une ONG, qui souhaite développer le tourisme en Roumanie et plus spécialement à Bucarest en offrant des tours gratuits de la ville. Ça été un super moyen pour découvrir ma nouvelle ville d’accueil et rencontré du monde. Je travaille également comme pâtissière dans une petite boutique de macarons, ici, à Bucarest. Comme je l’ai dit plus haut, j’ai décidé de créer mon projet nomade.

 

9-La tagline du Congrès de l’Expatriation au Féminin est « Agir pour s’épanouir», qu’est ce que ça t’évoque ? Comment y arriver ?

De croire en soi, parce que tout est possible.
Comment y arriver ?
Avec une bonne dose de persévérance

 

 10-Et si on voyageait ensemble…

Qu’est ce qui t’a marqué en arrivant dans ton pays d’accueil ?

A Bucarest, les câbles, il y en dans tous les sens, ça pend de partout c’est impressionnant. A mon arrivé je faisais une fixation là-dessus, maintenant je m’y suis habituée.  😉
Les contrastes de niveau de vie, entre les personnes qui roulent avec leur gros Ranger Rover et ceux qui sont encore avec la charrette tirée par les chevaux, (si, si, ça excite encore en Europe, et même en ville).
L’atmosphère froide du communiste est encore présente malgré la révolution de 1989, petit à petit le changement se fait.

Qu’est ce que tu apprécies vraiment ?

La Roumanie est un pays qui se développe, qui essaye de s’améliorer, de changer, ici il y a une énergie folle pour les nouvelles idées, les projets qui paraissaient fous il y a encore peu. J’en profite au maximum pour m’aider à développer mon projet.

La Roumanie à une quantité d’histoire et de trésors cachés, on n’a pas le temps de s’ennuyer.

Pouvoir acheter ses fruits et légumes frais à tous les coins de rue sur des petits stands « improvisés ».

La vente de petits bouquets de fleurs à l’entrée des métros, au fil des saisons les fleurs changent. L’été, les dames nous attendent avec des petits bouquets de lavande, une bonne odeur nous chatouille les narines avant d’arriver dans le métro. 😉

Le climat, nous avons enfin, 4 vraies saisons. De plus, l’ensoleillement est génial.

Qu’est ce que tu aimes moins ?

Les Roumains sont très créatifs sur leur manière de se garer un peu partout et n’importe comment, surtout sur les trottoirs, passages piétons et intersections.

Leur façon de conduire, les feux rouges sont une invitation à s’arrêter et pas forcément une obligation, enfin en théorie c’est une obligation, mais c’est en théorie.

 

 11-Une anecdote à nous partager ?

Oui je dirais qu’avec les chauffeurs de taxi on pourrait écrire un livre. Car souvent on doit répéter plusieurs fois le nom de la rue avec différents accent avant qu’il ne dise ah saint Michael (moi dans Ma tête : Ben oui je l’ai dit au moins 10 fois)

 

 12-Que dirais-tu à celles qui hésitent à se lancer dans cette aventure qu’est l’expatriation ?

Foncez !!!
C’est une aventure magnifique, avec son lot de surprises, mais magnifique. 😉

Ce portrait t’a plu ? Tu as toi aussi envie de participer à la série “Portrait de femme en expatriation” ? Envoie moi un mai à anne@expatriationaufeminin.com et raconte moi ton histoire en quelques lignes. Je te recontacterai ensuite. 🙂

Réserve ta place et participe aux 11 conférences proposées par des expertes exceptionnelles !

Inscris-toi dès maintenant au Congrès International de l'Expatriation au Féminin

et participe aux 11 conférence en ligne

(possibilité de recevoir le replay)

Bravo pour ton inscription ! Rdv dans ta boite mail ;)