Série “Portraits de Femmes Expatriées”

Noémie expatriée à Singapour, maman, et juriste

1-Je te laisse te présenter en quelques mots…

J’ai 35 ans, et je suis maman d’un petit monstre de 5 ans qui est super chou. Je vis avec lui à Singapour depuis 5 ans. Son papa et moi sommes séparés.

2-Qu’est ce qui t’a amené à partir en expatriation, raconte-nous ton parcours?

Le fait d’avoir voyagé en Asie, m’a donné envie de tenter l’expérience d’y vivre.

3-Pourquoi ce pays ?

Pour le boulot d’abord. Plus facile de trouver en tant qu’avocate que dans d’autres pays d’Asie et aussi pour démarrer l’expérience en douceur comparé à d’autres pays d’Asie qui pour le coup dépaysent beaucoup mais c’est moins facile pour s’y adapter.

4-Qu’as-tu appris sur toi grâce à cette expérience ?

L’expatriation m’a transformé de manière positive, j’ai beaucoup plus confiance en moi quand je voyage. Et je vois le monde bien plus petit, l’expatriation ouvre tellement l’esprit.

5-As-tu rencontré des difficultés ? Quelles sont-elles ? Comment les as-tu dépassées ?

Oui je suis arrivée à Singapour toute jeune maman. Arthur avais 5 mois et j’ai retravaillé très rapidement en arrivant, à temps plein. J’étais très fatiguée en arrivant et le fait de changer de pays, de travail ne m’a pas aidé du tout et dans le même j’avais des problèmes dans mon couple.

Pour m’en sortir, j’ai d’abord pris conscience de mon état de fatigue et commencé à parler à mes amis de ce je vivais, et j’ai contacté une psychologue. Ça m’a beaucoup aidé!

6-As-tu vécu des moments de découragement,  qu’est ce qui t’aide ou t’as aidé à rebondir ?

Oui parfois mon pays d’origine me manque beaucoup. La communication, la différence culturelle n’est pas toujours facile à gérer.

Dans ces moments là je me dis que c’est à moi de m’adapter et de respecter leur culture car c’est moi qui suis en expatriation

7-Peux-tu nous partager par quelles émotions es-tu passée ?

Avant de partir, j’étais… très excitée à l’idée de vivre à Singapour, j’avais vraiment hâte !

Une fois sur place, j’étais…les premiers jours j’étais très très heureuse et puis ensuite je suis passée par toutes les phases triste d’être loin, envie de rentrer et puis après je me suis adaptée. Mais ça a prise du temps environ 1 an.

Aujourd’hui, face à cette expérience de l’expatriation, je suis…très heureuse de vivre cette expérience. Après 5 ans, j’ai cependant envie de vivre de nouveau en France. Car je l’ai quittée il y a plus de 10 ans.

8- Et ton parcours professionnel dans tout ça comment l’as-tu géré ? Partage nous.

Dès que je suis arrivée à Singapour j’ai cherché du travail en tant que juriste/avocate, comme j’étais auparavant avocate au Luxembourg. Je dirais que j’ai eu la chance de trouver dans une société française. Ce qui me permet d’avoir un bon tremplin si je veux rentrer.

9-La tagline du Congrès de l’Expatriation au Féminin est « Agir pour s’épanouir», qu’est ce que ça t’évoque ? Comment y arriver ?

Ca m’évoque l’idée d’aller de l’avant et de  toujours se rappeler des petites choses qui nous font du bien quand ça va moins bien

 10-Et si on voyageait ensemble…

Qu’est ce qui t’a marqué en arrivant dans ton pays d’accueil ?

La chaleur et l’architecture totalement différente avec grand building

Qu’est ce que tu apprécies vraiment ?

Je trouve qu’il y a moins de tracas au quotidien, pas besoin voitures, les transports en commun sont agréables, l’école d’Arthur est très flexible et Arthur adore y aller

Qu’est ce que tu aimes moins ?

La nourriture avec le temps on a envie de manger ce que l’on a connu depuis petit.

 11-Une anecdote à nous partager ?

Oui je dirais qu’avec les chauffeurs de taxi on pourrait écrire un livre. Car souvent on doit répéter plusieurs fois le nom de la rue avec différents accent avant qu’il ne dise ah saint Michael (moi dans Ma tête : Ben oui je l’ai dit au moins 10 fois)

 12-Que dirais-tu à celles qui hésitent à se lancer dans cette aventure qu’est l’expatriation ?

Je dirais que ce vaut vraiment la peine de vivre cette expérience et de bien s’y préparer, notamment sur le plan émotionnel car on passe par tout un tas d’émotion quand on change de vie. Si on en a conscience je pense que c’est plus facile pour accepter le changement.

Ce portrait t’a plu ? Tu as toi aussi envie de participer à la série “Portrait de femme en expatriation” ? Envoie moi un mai à anne@expatriationaufeminin.com et raconte moi ton histoire en quelques lignes. Je te recontacterai ensuite. 🙂

Réserve ta place et participe aux 11 conférences proposées par des expertes exceptionnelles !

Inscris-toi dès maintenant au Congrès International de l'Expatriation au Féminin

et participe aux 11 conférence en ligne

(possibilité de recevoir le replay)

Bravo pour ton inscription ! Rdv dans ta boite mail ;)