Série “Portraits de Femmes Expatriées”

Lili Plume, de professeure des écoles à auteure, expatriée au Brésil puis au Mexique

1-Je te laisse te présenter en quelques mots…

Bonjour !  Moi c’est Lili Plume, une femme d’expat’ comme on dit. L’une de ces femmes courageuses qui ont quitté famille, amis, patrie pour aller suivre leur mari en mission ultra spéciale à l’autre bout de la planète ! Pour ma part en 2015 et direction le Brésil ! Ma première expatriation !

J’ai 40 ans, deux garçons et j’ai laissé de côté pour un temps mon métier de professeure des écoles (dans la région lyonnaise) pour vivre cette grande aventure ! Lili Plume, c’est le pseudonyme que je me suis inventée à l’époque sur Facebook pour raconter mes tribulations à mes proches, les faire rire et comprendre un peu mieux ce qu’était devenue ma vie loin de la France. Et j’avoue que ce pseudonyme, je m’y suis attachée. À tel point qu’il a fallu un temps à tous mes nouveaux amis au Brésil pour comprendre que Lili, ce n’était pas mon vrai prénom ! Et aujourd’hui je suis fière de le porter comme nom d’auteure (Et si on partait vivre au Brésil ma Chérie ?).

2-Pourquoi ce pays ?

Le Brésil est arrivé dans nos vies tout à fait par hasard. Une proposition de la boîte de mon mari ! Il devait dorénavant aller concevoir ses parechocs de voiture au pays de la Samba !

 

3-Qu’as-tu appris sur toi grâce à cette expérience ?

À me détendre ! À avoir une nouvelle vision de la vie, plus ouverte, et à laisser de côté pas mal de certitudes !

 

4-As-tu rencontré des difficultés ? Quelles sont-elles ? Comment les as-tu dépassées ?

Comme je le raconte dans mon livre, la langue a été une énorme difficulté dès mes premiers pas dans le pays. Je ne comprenais rien et pouvais encore moins m’exprimer ! Le choc culturel était à tous les niveaux ! Les gestes et codes au Brésil sont très différents de ceux de la France, d’où des situations parfois de quiproquos plutôt drôles avec le recul mais difficiles à vivre sur le moment. Et puis il faisait extrêmement chaud ! 40 degrés à notre arrivée le 1er janvier 2015 ! Ça nous a fait un choc !

 

5-As-tu vécu des moments de découragement,  qu’est ce qui t’aide ou t’as aidé à rebondir ?

Dès les premiers jours, un profond désespoir s’est abattu sur moi. Pas de famille, pas de voiture, pas de téléphone, pas la langue pour communiquer, pas d’amis… Tout à réapprendre, tout à refaire. Comme l’impression de naître une deuxième fois ! Heureusement, les Brésiliens sont adorables et très accueillants ! Je me suis également très vite fait de nombreux amis dans ma situation de femme d’expat’ et cela m’a beaucoup aidé à mes débuts. Des Vénézuéliennes, des Mexicaines, des Argentines, des francophones aussi et quelques Brésiliennes… Les traditionnels cafés de femme d’expat’ sont vitaux pour survivre au début. S’y créent de vrais liens d’amitié et un soutien indispensable pour affronter les étapes de l’adaptation dans un nouveau pays. Pendant que monsieur découvre son nouvel environnement professionnel, à nous d’établir les bases de notre vie sociale ici !  

 

6-Peux-tu nous partager par quelles émotions es-tu passée ?

Avant de partir j’étais… Dans tous mes états. C’est, je crois, l’expression la plus appropriée. Je suis passée de moments de pure euphorie à des moments de stress intense. Des nuits de « jepars jeparspas jepars jeparspas …» qui ont fini de me rendre complètement folle. Quelle décision ! Et qui impliquait toute la famille ! Mon fils de 4 ans à l’époque. Dans quelle galère allait-on l’amener ? Et puis bien sûr, les amis, la famille qui tous y sont allés de leur commentaire : « Mais vous êtes fous, c’est ultra dangereux le Brésil ! » « Merveilleux ! Tu vas manger des mangues en bikini sur la plage toute l’année ! »

Aujourd’hui, face à cette expérience de l’expatriation, je suis… Ravie ! Enrichie ! Je parle cinq langues, mon fils et mon mari quatre (On vit actuellement au Mexique) J’ai vécu tellement de voyages, d’expériences incroyables rencontré tellement de gens formidables, vécu de situations rocambolesques et uniques qu’il me faudrait plus d’un livre pour en parler ! Il y a bien sûr des moments de fatigue et de découragement dans ce que l’on vit. Des hauts et des bas ! Comme tout le monde ! Mais le bilan est vraiment positif.

 

7- Et ton parcours professionnel dans tout ça comment l’as-tu géré ? Partage nous.

Je suis en disponibilité de l’Education nationale. J’ai enseigné un temps la langue française à des adultes à mon arrivée au Brésil. Mais j’ai vite arrêté et profité de cette pause professionnelle pour me lancer dans l’écriture ! Je ne ressentais pas du tout l’envie, après quinze ans d’enseignement, de poursuivre mon activité professionnelle. J’avais envie de faire autre chose ! C’est une chance de justement pouvoir s’essayer à une nouvelle activité sans pression ni obligation de gagner un salaire pour faire vivre la famille. Alors profitons-en !

 

8-La tagline du Congrès de l’Expatriation au Féminin est « Agir pour s’épanouir», qu’est ce que ça t’évoque ? Comment y arriver ?

Il est important, en tant que femme d’expatrié, de trouver sa passion, son activité, sa raison d’être ici en dehors de son rôle de mère et d’épouse ! J’ai remarqué qu’au bout de six mois environ, après avoir réglé les problèmes d’installation, appris la langue, découvert la région… les femmes d’expat’ autour de moi ont pratiquement toutes mis en place un projet. De la confection d’habits, à la cuisine de produits français en passant par la vente de bijoux sur les marchés… Pour ma part, mon journal quotidien sur Facebook s’est transformé en véritable récit sous les encouragements de mes compagnes de café. À chacun des récits de mes « aventures brésiliennes » l’assemblée s’écriait aux larmes : « Lili ! Tu devrais écrire un livre ! Il t’en est tellement arrivé ! »

Donc oui : « agir pour s’épanouir » est plus que jamais une vérité en expatriation. Pour trouver un sens à sa nouvelle vie et ne pas sombrer dans la déprime ! Ne pas travailler est vraiment déstabilisant à notre époque. Un manque de reconnaissance sociale pendant que nos maris évoluent et s’épanouissent dans un métier très souvent à responsabilité et en général intéressant. Même si leurs horaires sont démentiels et donc, notre temps seule, immense, d’où l’importance de se créer une vie professionnelle ici. Nouvelle, si possible, et épanouissante !

 

 9-Et si on voyageait ensemble…

Qu’est ce qui t’a marqué en arrivant dans ton pays d’accueil ?

La gentillesse des Brésiliens ! Les fruits exotiques en profusion partout ! Des mangues, des fruits de la passion, des papayes, des ananas… Les pão de queijo dont tout le monde raffole là-bas. Ce sont des beignets frits au fromage ronds délicieux ! On en devient vite complètement accros. Les churrascos tous les weekends de l’année (barbecue). Une faune et une flore saisissante ! Dans notre ville de la taille de Lyon, on trouvait des toucans, des perroquets et même des singes dans les arbres !

 

Qu’est ce que tu aimes moins ?

Le problème de l’insécurité, toujours présent dans nos têtes, dans les journaux, dans les faits divers où les récits des Brésiliens. Le Brésil, et aujourd’hui le Mexique, restent des pays dangereux. Cela est moins frappant dans nos quartiers de privilégiés, surveillés, où très peu de choses arrivent. Mais des villes comme São Paulo ou Rio de Janeiro nous ramènent vite à la réalité ! Les favelas (bidonvilles), la misère très visible, la violence aussi… Pas possible, comme en France, de se balader en ville à pied en soirée. Les promenades sont à éviter de manière générale et les voyage en voiture vitre teintées fermées plus que recommandés ! Bref, il faut toujours être vigilent et apprendre à vivre avec cette idée que « ça » peut arriver… Pas simple… Surtout vis-à-vis de nos enfants qu’on cherche à protéger et en même temps qu’on veut préparer à une éventuelle mésaventure…

 

 11-Une anecdote à nous partager ?

Au Brésil, il y a beaucoup de situations cocasses dues à la confrontation du portugais et de l’espagnol pratiqué par les nombreux Latino-Américains vivant ici. Une amie argentine a un jour été invitée par la femme du grand chef brésilien de son mari à un dîner entre femmes de directeurs. La prestigieuse hôtesse avait tout cuisiné elle-même. De l’amuse-bouche au petit chocolat qui accompagnait le café ! Elle s’est tournée vers mon amie en lui demandant comment elle avait trouvé le repas. Cette dernière a donc déclaré « Exquisito ! » (exquis en espagnol) en faisant le signe « nickel » avec les doigts.(un rond avec le pouce et l’index et les trois autres doigts relevés) Toute la salle s’est levée outrée ! Certaines sont sorties de la salle ! Sa voisine, une autre Argentine, morte de rire, lui a alors expliqué que « esquisito » en portugais cela voulait dire « bizarre » et que le signe qu’elle venait d’exécuter avec les doigts était le pire qui soit au Brésil ! (L’équivalent du majeur levé !) Autant dire que mon amie n’a pas tout de suite été réinvitée à l’un de ces repas mondains et son mari lui a fait la tête pendant quelques temps !

 

 12-Que dirais-tu à celles qui hésitent à se lancer dans cette aventure qu’est l’expatriation ?

Allez-y ! Foncez ! Il y a tellement de choses à découvrir dans le monde ! Ce serait dommage de ne le faire que dans les magazines ou à la télévision ! Découvrez un pays nouveau, une nouvelle culture, une nouvelle langue… Faites de nouvelles rencontres…n’hésitez-pas ! On en revient (ou pas !) transformés et enrichis ! À tous les niveaux. Ce ne sera pas un chemin tranquille et paisible. Il y aura des hauts et de sacrés bas… Des moments de désespoirs où l’envie vous prend de rentrer chez vous en courant. Mais l’effort en vaut la peine. Vous ne verrez définitivement plus la vie de la même manière ! Et vous ne serez plus jamais la même personne après une telle expérience de découverte, de lâcher prise et de remise en cause de tout ce que l’on croyait !

L’expatriation c’est définitivement à consommer sans modération !

Réserve ta place et participe aux 11 conférences proposées par des expertes exceptionnelles !

Inscris-toi dès maintenant au Congrès International de l'Expatriation au Féminin

et participe aux 11 conférence en ligne

(possibilité de recevoir le replay)

Bravo pour ton inscription ! Rdv dans ta boite mail ;)