Série “Portraits de Femmes Expatriées”

Coralie, infirmière, d’un camp de réfugié à la compagnie d’assurance

1-Je te laisse te présenter en quelques mots…

Je m’appelle Coralie, j ai 41 ans 4 enfants et un chien. Je suis infirmière spécialisée en  réanimation polyvalente adulte.

 

2-Qu’est ce qui t’a amené à partir en expatriation, raconte-nous ton parcours?

Je suis partie de France en 2003 de Paris où je travaillais à l’hôpital américain de Paris pour suivre mon mari. Je partais pour Le Caire en Egypte où nous nous étions mariés, mais très vite la destination a changé pour Khartoum au Soudan et comme j’avais démissionné, rendu mon appart et dit au revoir a mes amis, je n’ai pas fait demi-tour.

J’avais déjà travaillé en Afrique au Burkina Faso, j’étais inquiète à l’idée de vivre dans un pays dont la loi est la charia.

 

3-Pourquoi ce pays ?

Nous avons enchaîné les expats et depuis j’ai vécu en Indonésie, au Qatar, au Brésil et aux USA .

Deux enfants sont nés à l’étranger et deux en France.

 

4-Qu’as-tu appris sur toi grâce à cette expérience ?

J’ai appris en sortant de ma zone de confort à tenir, à m’accrocher, a m’organiser. J’étais quelqu’un de passif et j’ai compris que pour atteindre un but il faut prendre sa vie en main et tenir bon.

J’ai réalisé au Soudan en travaillant dans un camp de réfugiés pour une ONG américaine que la vie ne tient qu’a un fil, surtout lorsque l’on est une femme. J’ai réalisé que ma nationalité me permettrait toujours de fuir l’enfer, d’être protégée, ce n’était pas le cas des femmes réfugiées que je soignais.

 

5-As-tu vécu des moments de découragement,  qu’est ce qui t’aide ou t’as aidé à rebondir ?

J’ai eu des moments de découragement au long de ma vie d’expat surtout lorsque j’ai  senti des entraves à ma liberté de mouvement ou de parole ( a Khartoum il fallait faire attention à ce que l’on disait du régime, il fallait faire attention à qui l’on s’adressait). Liberté de mouvement lorsque l’on découvre que bien que née Française, au Qatar, je suis considérée comme un mineure et que je ne peux prendre l’avion pour passer Noel en famille en France sans l’autorisation écrite de mon mari (lequel est quelque part dans le désert injoignable). Je ne peux être opérée sans l’autorisation écrite de mon mari. J’ai besoin de rentrer en urgence en France et il n’y a que deux avions par semaine pour sortir de mon île et il me faudra attendre 4 jours.

J’ai rate l’enterrement de ma grand mère car mon passeport était coincé a Rio à l’ambassade US pour un visa. J’ai raté celui de mon grand père car il n y avait plus de place sur le vol air France. Ce sentiment d’être trop loin de ceux que j’aime, coincée trop loin.

En Indonésie mon second fils est né avec une malformation qu’il a fallu opérer bébé. J’étais sur l’île, dépendante de 2 vols par semaine. Les antibiotiques dont il avait besoin n’existaient pas en Indonésie et il a fallu partir en catastrophe pour les obtenir. J’ai rencontré des gens fantastiques, des médecins français qui répondent à leur téléphone nuit et jour, qui conseillent, qui entourent. Des amis que je ne soupçonnais pas, des ressources intérieures que je ne pensais pas avoir et qui ne vous quittent plus une fois mises a nu.

 

6- Et ton parcours professionnel dans tout ça comment l’as-tu géré ? Partage nous.

Apres un passage au Brésil où je  n ai pas pu travailler, nous sommes maintenant depuis 4 ans aux USA. Je travaille pour une grande compagnie d’assurance et m’occupe principalement de rapatriements sanitaires , une activité chère à mon cœur depuis la maladie de mon second. Je conseille les expatriés ou les français en voyage. Grâce aux langues que j’ai apprises au cours de mes expats et grâce a l’expérience de différents systèmes médicaux à travers le monde, je peux conseiller les français de l’étranger sur l accès aux soins des pays dans lesquels ils vivent et organiser des rapatriements sanitaires si besoin.

Je travaille souvent de la maison  ce qui change la vie.

 

7-La tagline du Congrès de l’Expatriation au Féminin est « Agir pour s’épanouir», qu’est ce que ça t’évoque ? Comment y arriver ?

Oui il faut agir pour s’épanouir et c’est encore plus vrai lorsque comme en expat on ne peut compter que sur soi.

Comment y arriver : en apprenant la langue du pays dans lequel on vit, comprendre ce qui nous entoure est primordial. La langue véhicule la culture pour s’épanouir il faut se décloisonner. Il faut écouter les gens qui nous entourent et se dire que si c’est possible pour eux, avec un peu de courage ca devrait l’être pour nous aussi. S’ouvrir, s’ouvrir, s’ouvrir ! lire la presse, comprendre le pays, écouter la rue, ne pas renoncer à sa culture mais apprendre àse passer de ce qui n’est pas essentiel.

 

 8-Et si on voyageait ensemble…

Qu’est ce qui t’a marqué en arrivant dans ton pays d’accueil ?

Mon pays d’accueil est l’Amérique, un vaste pays dur à comprendre mais plein de promesses.

Qu’est ce que tu apprécies vraiment ?

J’apprécie l’accueil réservé par les américains aux étrangers. J’apprécie que les enfants handicapés aillent a l’école jusqu a leur 18 ans avec les autres, je trouve que nous avons à apprendre en Europe de leur éducation par compétence et presque individualisée.

Qu’est ce que tu aimes moins ?

Je déteste leur système de sante a deux vitesses et l’éducation payante.

 

9-Que dirais-tu à celles qui hésitent à se lancer dans cette aventure qu’est l’expatriation ?

Je dirais a celles qui hésitent à se lancer que l’expatriation resserre les liens familiaux et met en valeur chez chacun d’entre nous des qualités ou ressources insoupçonnées. Je pense que rester dans sa zone de confort c’est sclérosant, que la vie est de plus en plus compliquée, cosmopolite, tout va trop vite et qu’il faut s’armer, agir pour épanouir. L’expatriation arme nos enfants pour leur futur.

Réserve ta place et participe aux 11 conférences proposées par des expertes exceptionnelles !

Inscris-toi dès maintenant au Congrès International de l'Expatriation au Féminin

et participe aux 11 conférence en ligne

(possibilité de recevoir le replay)

Bravo pour ton inscription ! Rdv dans ta boite mail ;)